Machu Picchu

Le guide de la merveille du monde

Le Machu Picchu (qui signifie “Vieille Montagne” en quechua) se situe à 2430 mètres d’altitude dans un cadre extraordinaire et est sans conteste la première attraction touristique du Pérou avec plus de 1 500 000 visiteurs annuels. Créés par les Incas au moment de l’apogée de cette civilisation, les nombreuses terrasses, rampes, murs de pierre minutieusement assemblés, ont remarquablement bien traversé les époques. Son cadre, à la fois forestier et montagneux, se situe sur le flanc supérieur du fleuve Urubamba. Cette situation judicieuse permet au site de jouir d’une flore et d’une faune extrêmement riches et diversifiées. Le nombre de billets disponibles pour le Machu Picchu se limite à 2500 par jour afin de préserver le site. Il est même possible que dans le futur, ce chiffre soit revu à la baisse.

Historique

La plupart des archéologues de notre époque s’accordent sur l’époque de construction du Machu Picchu. Il aurait été érigé par l’Inca Pachacútec, qui était un des plus éminents dirigeants du Tahuantinsuyo. Cet Inca gouverna de 1438 à 1471. La construction de la citadelle remonterait donc au 15e siècle. Cette époque était synonyme de croissance pour nombre de civilisations incas. Et selon certains archéologues, la victoire des Incas sur les Chancas aurait même été célébrée dans la zone où fut érigée le Machu Picchu.

Après plusieurs décennies de fort dynamisme et d’activité humaine sur ce site, la vallée du Machu Picchu devint vers la fin du 15e siècle, l’un des derniers refuges des Incas de Vilcabamba. Ces derniers résistèrent très fortement, pendant plusieurs décennies, à la suprématie des conquistadors espagnols. Atahualpa fut le dernier empereur inca à résister. Il fut finalement assassiné par l’Espagnol Pizzaron, marquant ainsi la fin de la civilisation inca.

La qualité, le caractère merveilleux des œuvres architecturales et les systèmes de gestion avant-gardistes de l’eau, n’intéressaient guère les colonisateurs espagnols. Ces derniers n’étaient uniquement intéressés que par la conquête des métaux précieux tels que l’or. A cause de sa situation géographique bien particulière et sa très difficile accessibilité, le site du Machu Picchu et ses innombrables richesses sombrèrent dans plus de trois siècles d’oubli, sans que les conquistadors ne puisse le découvrir. Ce site exceptionnel fut ainsi remarquablement préservé pendant plus de 3 siècles et ne fut révélé à l’ensemble du monde qu’à partir de 1911 grâce à l’archéologue Hiram Bingham.

Description

Le site du Machu Picchu, d’une superficie de 13 km², est divisé en deux grandes zones La première est une zone agricole composée d’un ensemble de terrasses cultivées. Cette zone est exposée plein sud, ce qui la rend propice à l’agriculture et à la pousse d’un large panel de plantes. La zone au Nord, quant à elle, est une zone urbanisée. C’est dans cet espace que les archéologues supposent que vivaient les habitants et où se déroulaient de nombreuses activités de société ainsi que des activités religieuses. La zone urbaine était scindée en plusieurs quartiers : le quartier sacré, le quartier des ecclésiastiques, le quartier noble et enfin, le quartier populaire.

  • Concernant la zone agricole, les terrasses, apparaissant comme de gigantesques escaliers taillés dans le flanc de la montage, sont constituées d’un savant mélange de pierres de taille, de fragments rocheux, d’argile et de terre. Ces derniers éléments ont été choisis pour faciliter le drainage des eaux afin d’éviter toute dégradation avancée de la structure étant donné les fortes pluies dans la région. La méthode de construction a largement résisté jusqu’à nos jours et a permis la perpétuation de nombreuses cultures. Par ailleurs, d’autres petites terrasses jonchent la partie basse du site et constituent uniquement des murs de soutènement.
    Les habitants du site pouvaient ainsi s’alimenter grâce aux cultures en terrasse où étaient produits du maïs, des pommes de terre et d’autres légumes.
  • Concernant la zone urbaine, un très long mur la séparait de la zone agricole. La ville est découpée en deux grands axes. Le premier distingue une grand place construite, elle aussi en terrasses de plusieurs niveaux. La second axe est un escalier qui sert de rue principale. C’est à l’intersection de ces deux axes stratégiques que se trouvent la résidence de l’empereur Inca.

Météo

La saison d’été au Pérou va de décembre à mars, tandis que la période hivernale commence vers mai pour finir en septembre. Toutefois, la haute saison va de mai à mi-septembre durant l’hiver austral car ce sont les mois les plus secs de l’année, constituant ainsi les meilleures conditions de visite. Les mois de janvier et février sont considérés comme les mois les plus pluvieux de l’année, mais c’est néanmoins une période intéressante pour visiter l’Amérique du Sud dans son ensemble en raison de l’inversion des saisons par rapport à l’hémisphère Nord.

Voies d’accès et visites du site

Il est possible d’accéder au site par différents chemins plus ou moins escarpés. Le chemin le plus célèbre et le plus parcouru est celui dit “de l’Inca” (camino inca). Il est soumis à des contrôles d’accès relativement stricts. Seules les agences de voyage ont la possibilité de faire emprunter à leurs voyageurs ce chemin. Et il est normalement fermé chaque mois de février pour le préserver.

Le site archéologique est ouvert de 6 heures à 17 heures. Un certain nombre de guides touristiques recommande d’arriver sur les lieux à l’heure d’ouverture pour profiter du lever du soleil avec une vue dégagée de la masse des touristes.

Les possibilités de visite dépendent des attentes et des disponibilités des voyageurs. Il est possible de faire l’aller-retour en train la même journée et de visiter le site dans la journée en réservant un billet pour l’après-midi.

Néanmoins, de nombreux voyageurs choisissent de faire le trajet en deux jours et de passer la nuit précédent la visite du site archéologique en bas de la montagne, dans le village d’Aguas Calientes.

Ceux qui souhaitent un panorama plus complet de la civilisation inca et du Pérou en général opteront pour un circuit de randonnée de trois à cinq jours. Les durées et budgets sont donc variables. On compte principalement trois grands types de trek. Le plus économique est le Jungle Trail avec une partie du circuit faite en VTT. Le plus classique, prestigieux et coûteux est l’Inca Trail empruntant le chemin inca d’une durée de 4 jours. Enfin, il existe un trek alternatif : celui de Salkantay, plus physique et qui demande un bonne aptitude physique à la randonnée en montagne.

Vous partirez la plupart du temps depuis la capitale de la province, Cusco, avant de rejoindre d’arriver selon divers moyens au village d’Aguas Calientes, ultime étape située en bas de la montagne du Machu Picchu. Ce village, parfois nommé “Machu Picchu Pueblo”, et qui dispose de nombreux hébergements pour les touristes souhaitant se reposer avant de visiter le site le lendemain, est aussi le lieu de départ des bus à destination du Machu Picchu. L’autocar circule sur la route « Hiram Bingham » vers le Machu Picchu. Il est toutefois possible d’emprunter un chemin piéton plus direct qui coupe cette route et qui demande entre une et deux heures de marche selon le niveau physique.

Etant donné qu’aucune infrastructure routière ne dessert Aguas Calientes, les voyageurs désireux de visiter le Machu Picchu en utilisant le train devront emprunter la voie ferroviaire qui démarre d’Ollantaytambo ou à la centrale hydroélectrique de Santa Teresa. Il existe un bus qui va de Cusco à la station de train et ces trajets sont normalement inclus dans les treks proposés par les agences de voyage. 


L’immense popularité du Machu Picchu de nos jours

  • Le Machu Picchu est classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1983.
  • Il a été nommé comme l’une des 7 nouvelles merveilles du monde, tout comme d’autres monuments célèbres tels que le Colisée de Rome ou la Muraille de Chine, lors d’un concours lancé sur internet en 2007
  • Le nombre de visiteurs est en augmentation constante ces dernières années. Il est passé de 400 000 en 2000 à plus de 1 500 000 en 2018 selon le Peru Telegraph, faisant craindre une dégradation du site.
La mystérieuse porte du Machu Picchu

C’est en 2010, lorsque le Français David Crespy, lors d’une randonnée sur le site où il fut pris de court par une pluie torrentielle, fut découverte une mystérieuse porte. C’est au pied d’un des édifices principaux que son regard fut attiré par un détail : une porte scellée par un amas de pierres. Les recherches ultérieures ont montré qu’il s’agissait bel et bien d’une porte inviolée jusqu’ici.


Trip Advisor a accordé le très recherché Traveler’s Choice au site du Machu Picchu, récompensant ainsi le prestige et la richesse du magnifique site inca. Cette distinction est très rare et témoigne de l’immense popularité du site péruvien auprès du grand public.

Allé en haut