Description du Machu Picchu

janvier 25, 2015

Le Machu Picchu se situe à plus de 2400 mètres d’altitude dans un cadre extraordinaire. Entouré de somptueuses forêts tropicales, le Machu Picchu aurait pu être classé parmi les merveilles du monde tant son caractère grandiose et surprenant est incontestable. Créés par les Incas au moment de l’apogée de cette civilisation, les nombreuses terrasses, rampes, murs de pierre minutieusement assemblés, ont remarquablement bien traversés les époques. Le cadre à la fois forestier et montagneux, est situé sur le flanc supérieur du fleuve Amazone. Cette situation judicieuse permet au site de jouir d’une flore et d’une faune extrêmement riches et diversifiées.

Historique

La plupart des archéologues de notre époque s’accordent sur l’époque de construction du Machu Picchu. Il aurait été érigé par l’Inca Pachacútec, qui était un des plus éminents dirigeants du Tahuantinsuyo. Cet Inca avait gouverné de 1438 à 1471. La construction de la citadelle remonterait ainsi au 15e siècle. Cet époque était synonyme de croissance de certaines civilisations inca. Selon certains archéologues, la victoire des Incas sur les chancas aurait même été célébrée dans la zone où a été érigé le Machu Picchu.

Après plusieurs décennies de fort dynamisme et activité humaine sur ce site, la vallée du Machu Picchu fut à la fin du 15e siècle, un des derniers refuges des Incas de Vilcabamba. Ces derniers résistèrent très fortement, et encore pendant plusieurs décennies, à la suprématie du pouvoir espagnol. Atahualpa fut le dernier empereur inca a résister. Il fut assassiné par l’Espagnol Pizzaro.

La qualité, le caractère merveilleux des œuvres architecturales et les systèmes de gestion avant-gardiste de l’eau, n’intéressaient pas les conquérants espagnols. Ces derniers n’étaient captivés uniquement par la conquête des métaux précieux comme l’or. Le site du Machu Picchu et ses innombrables richesses sombrèrent alors dans plus de trois siècles d’oubli, avant d’être en partie révélés à l’ensemble du monde en 1911.

Description

Le site du Machu Picchu est divisé en deux grandes zones. La première, la zone agricole est composée d’un ensemble de terrasses cultivées. Cette zone est exposée plein sud, ce qui la rend propice à l’agriculture et à la pousse d’un large panel de plantes. La zone au Nord, quant à elle est une zone urbanisée. C’est dans cet espace que les archéologues supposent que vivaient les habitants et où se déroulaient de nombreuses activités de société ou des activités religieuses. La zone urbaine était scindée en plusieurs quartiers: le quartier sacré, le quartier des ecclésiastiques, le quartier noble et enfin, le quartier populaire.

Concernant la zone agricole, les terrasses, apparaissant comme de gigantesques escaliers taillés dans le flanc de la montage, sont constituées d’un savant mélange de pierres de taille judicieusement choisies, de fragments rocheux, d’argile et de terre sur la partie supérieure. Ces derniers éléments ont été choisis pour faciliter le drainage des eaux afin d’éviter toute dégradation avancée de la structure étant donné les fortes pluies dans la région. La méthode de construction a largement résisté jusqu’à nos jours et a permis à perpétuer de nombreuses cultures. Par ailleurs, d’autres petites terrasses jonchent la partie basse du site et constituent uniquement des murs de soutènement.
Enfin, les nombreux habitants s’alimentaient grâce aux cultures en terrasse où était produit du maïs, des pommes de terre et d’autres légumes anciens.

Concernant la zone urbaine, un très long mur la séparait de la zone agricole. La ville est découpée en deux grands axes. Le premier distingue une grand place construite, elle aussi en terrasses de plusieurs niveaux. La second axe est un escalier qui sert de rue principale. C’est à l’intersection de ces deux axes stratégiques que se trouvent la résidence de l’empereur Inca.

Voies d’accès et visites du site

Il est possible d’accéder au site par différents chemins plus ou moins escarpés. Le chemin le plus célèbre et le plus parcouru est celui dit « de l’Inca » (Inca Trek). Il est soumis à des contrôles d’accès relativement stricts. Seules les agences de voyage ont la possibilité de faire emprunter à leurs voyageurs ce chemin.
A environ 400 mètres en contrebas du Machu Picchu se situe le village d’Aguas Calientes. Ce village est le lieu de départ des bus à destination du Machu Picchu. L’autocar circule sur la route « Hiram Bingham » vers le Machu Picchu. Il est toutefois possible d’emprunter un chemin piéton plus direct qui coupe cette route. Etant donné qu’aucune infrastructure routière ne dessert Aguas Calientes, les voyageurs désireux de visiter le Machu Picchu devront emprunter le train au départ d’Ollantaytambo ou de la centrale hydroélectrique de Santa Teresa.

La mystérieuse porte du Machu Picchu

C’est en 2010, lorsque le français David Crespy, lors d’une randonnée sur le site où il fut pris de court par une pluie torrentielle, fut découverte une mystérieuse porte. C’est au pieds d’un d’un des édifices principaux que son regard fut attiré par un détail : une porte scellée par un amas de pierres…

Evaluez ce post

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut